Initiation des enfants à la peinture sous verre 13 écoliers posent leur regard sur le patrimoine Rufisquois

 

sous verreAllier l’utile à l’agréable. Ainsi se résume l’initiative artistique destinée aux treize (13) élèves promus lors de la fête de l’excellence 2015. Ils ont troqué stylos et cahiers contre gouaches et pinceaux pour s’exercer à la peinture sous verre. A ce titre, les meilleurs écoliers du département ont le temps d’une courte trêve scolaire liée à la pentecôte, participé au cercle Maurice Gueye de Rufisque à  un atelier de deux jours (2) portant sur la peinture sous verre.

Une initiative qui a pour but d’interpeller la sensibilité des enfants sur la sauvegarde du patrimoine Rufisquois. « A travers le truchement de  la peinture sous verre, nous leur montrons comment reprendre des images avec leur propre option en étant attentif à l’environnement et sur ce qui mérite d’être changé dans les comportements », a expliqué Anta Germaine Gaye chargé de l’encadrement. Sous la direction du professeur d’éducation artistique, les 13 artistes en herbe ont  au sortir des deux jours de travaux d’atelier, produit 24 pièces. Des reprographies « pittoresques » qui évoquent l’identité de Rufisque à travers son passé colonial.

Dans une démarche stimulatrice initiée par la fondation Sococim, Anta Germaine Gaye artiste plasticienne a, dans le cadre de la décentralisation de ses activités de la biennale offert une tribune d’expression privilégiée aux écoliers qui dans leur différentes figures retracent dans une « dimension audacieuse nos modes de vie », note-t-elle.

La technique du sous verre, cet exercice qui consiste à représenter les motifs sur du verre à vitre dans l’ordre inverse par rapport à celui de départ est pour Mme Gaye un exercice que les parents doivent apprendre aux enfants. Car leur « permettant de s’exprimer par le ver pour les amener à regarder autrement leur environnement immédiat. Mme Gaye estime que la peinture sous verre éveille une conscience et jette un regard sur les intempéries et le vandalisme perpétré sur l’architecture et l’environnement. Et de s’interroger : « est-ce que ce sont des comportements à avoir ? Étayant son propos  Mme Gaye d’indiquer : « Il ne faut pas être seulement dans sa bulle ». Il y a lieu a-t-elle estimé d’attirer leur attention sur les comportements à adopter et enfin de les laisser libre court à la réflexion