Bargny : Vol de plaques funèbres en fer, pour du ferrail, les garçons à l’origine dans le vent

plaque en fer bis

plaque en fer

L’affaire  est publée sur les réseaux sociaux, mais au demeurant preuves à l’appui, c’est avéré. deux jeunes  garçons ont volé des plaques  funèbres dans les cimetières de Santhioub Guèdj. Ils voulaient le renvenre au recycleur mais mal leur a pris ils ont été interceptés avant de se fondre dans la nature.

Selon le plaignant M N qui écrit sur son mur sur facebook ce texte partagé au public,  « Je viens attirer votre attention sur un fait inédit que viens de vivre aujourd’hui. Jai retrouvé ces deux tableaux près du dépôt de ferraille situé à Mboth près de la maternité, des individus non identifiés (des adolescents) les ont volés au Cimetière de Santhioub  Guèdj pour les revendre comme ferraille ».

Il est facile d’imaginer, comme il le dit,  «combien fut amère cette surprise quand j’ai vu que l’un des tableaux a été volé sur la tombe de mon défunt père Abdoulaye Ndour et l’autre sur celle de Khary ndoye également une parente dont la mort fait juste un an.

C’est de ce pas qu’il  dit s’être rendu à la police «pour porter plainte et à la mairie où je n’ai pas trouvé d’interlocuteur malgré les efforts du commandant qui a tenté d’alerter le maire et son directeur de cabinet ». Difficile de trouver les autorités municipales en raison de la rencontre entre celles-ci et les populations de Diamalaye- Missirah en raison des travaux de la place publique aménagée dans ce quartier de Bargny.

Il faut noter que ce phénomène a pris une certaine ampleur car ils sont nombreux ces enfants qui arpentent les rues et les dépotoirs d’ordure à la quête de ferraille à revendre aux repreneurs qui en en fonds un bon commerce au niveau des entreprises dans ce domaine. Mais tout est si informel que seules les autorités peuvent y apporter une bonne organisation et bon assainissement, en prenant toutes les dispositions légales

Le Commandant Badiane du poste de police de Bargny,  joint au Téléphone après la publication du plaignant M N qui a déposé une déclaration, (source policière), et dont les tombes de deux de  ses parents ont été ainsi profanées,  dira que «j’en ai parlé au chef de cabinet du maire pour qu’ils prennent au niveau de la mairie toutes les dispositions pour empêcher d’autres cas en mettant un nouveau gardien de cimetière à Santhioub Guèdj ».